Dernièrement, ma petite soeur de 16 ans m'a fait part de son envie d'apprendre à conduire. Depuis l'obtention de son BSR et l'acquisition d'un scooter, elle rêve d'avoir son permis voiture et de voler un peu plus de ses propres ailes. Après discussion avec mes parents, ils ont pris la décision de l'inscrire en conduite accompagnée et c'est vers moi qu'elle s'est tournée pour lui apprendre la conduite. Ayant à coeur de lui transmettre mon savoir, je me suis donc renseignée sur la conduite accompagnée et ses conditions, et ai donc décidé d'en faire un article. Cela pourra servir à toutes les personnes qui, comme moi, désirent devenir accompagnateur et jouer le rôle du professeur durant toute la formation !

Les engagements de l'accompagnateur

Tout d'abord, lorsque l'on s'engage à accompagner un proche dans son apprentissage à la conduite, il est primordial de s'y tenir. C'est un projet sur le long terme : dans le cadre de la conduite accompagnée, un élève doit conduire 3 000 km au minimum pendant au moins un an. Il faudra donc lui accorder suffisamment de temps pour y parvenir.

Toutefois, pour des raisons pratiques et au vu du grand nombre de kilomètres à effectuer, l'élève peut également choisir plusieurs accompagnateurs. Un très bon moyen de perfectionner sa conduite, de s'habituer à conduire avec des personnes différentes et de ne pas voir une seule et unique manière de conduire.

Il est également possible d'opter pour la conduite supervisée : c'est une formule moins engageante, l'élève n'ayant que 1 000 km à parcourir sans durée minimum. Il doit cependant être âgé de 18 ans au minimum.

Les conditions pour devenir accompagnateur

Il existe certains prérequis pour pouvoir devenir accompagnateur de conduite accompagnée. La dernière modification des règles de l'apprentissage anticipé de la conduite (AAC) date d'il y a quelques années et un arrêté a ainsi modifié les règles applicables. Voici les principaux changements qui ont eu lieu :

  • Avoir au moins 5 ans de permis : en effet, pour apprendre à quelqu'un à conduire, il faut avoir un minimum d'expérience pour pouvoir faire une formation correcte. Une mesure de sécurité parfaitement compréhensible. Toutefois, l'accompagnateur ne doit désormais plus être âgé de 28 ans minimum ;
  • Ne pas avoir commis d'infraction au code de la route : une personne ayant commis beaucoup d'infractions ne sera pas en mesure d'apprendre à quelqu'un à conduire correctement.

Notez enfin qu'avant le début de l'apprentissage, votre élève et vous-même devrez obligatoirement passer deux heures avec le moniteur de l'auto-école.

Le véhicule de l'accompagnateur

Il est important de souligner qu'il n'est nullement obligatoire de louer une voiture d'auto-école pour pouvoir accompagner un proche dans sa formation Néanmoins, vous devez avoir quelques accessoires pratiques indispensables :

  • Un kit rétroviseurs : il comprend un rétroviseur central - à accrocher de façon à ce que vous puissiez avoir une vue dégagée - et deux rétroviseurs latéraux ;
  • Un autocollant conduite accompagnée : ce disque magnétique est conçu pour ne pas abîmer la carrosserie de votre voiture Il est obligatoire et permet aux autres usagers de savoir que votre auto est conduite par un élève en apprentissage et non un conducteur aguerri.

Ces éléments permettront une conduite plus sûre pour les nombreux kilomètres à venir !

Quoi qu'il en soit, j'ai vraiment hâte de commencer les cours de conduite accompagnée avec ma soeur ! Je suis persuadée que cette formule optimisera ses chances de réussite au permis de conduire. Selon les statistiques, les jeunes conducteurs de l'AAC ont 4 à 5 fois moins d'accidents que les conducteurs novices issus de la formation traditionnelle, dans la même tranche d'âge. Il va donc falloir que je sois une accompagnatrice hors pair pour une faire baisser ce quota !